Poetry

Film coréan, public international. La critique a plebiscité le nouveau film de Lee Chang-Dong, Poetry.Une grand-mère, jouée par Joo Jung-Hee, élève seule son petit fils. Cet adolescent se comporte comme…un adolescent. Mais son silence et son indifférence vis à vis de sa grand mère, Mija, cachent un lourd secret.

Cette grand-mère a aussi des choses à cacher. Elle est atteinte d’Alzheimer. Pour échapper à sa maladie et aux diffficultés d’élever le jeune homme, elle décide de prendre des cours de poésie. « Poésie ? ». « Oui de la poésie », répond-t-elle à ceux qui se demandent pourquoi elle prend ces cours. « J’aime les fleurs et je dis des choses bizarres », complète-t-elle.

Tic,toc

Pendant presque trois heures, une Cambodgienne, une Camerounaise, une Mexicaine et un Congolais on vu la grand-mère essayer de trouver l’inspiration et une solution pour sauver l’avenir de son petit fils.

Pour tous, sauf pour ma copine cambodgienne, c’était la première expérience devant un film coréan. Une autre copine chinoise nous avait averti : Le film est loooooooooong !
C’est vrai que Poetry est long, il y a des plans interminables. Parfois, on a l’impression de se perdre dans toutes les histoires.

Donner du temps au temps

Pour être réducteur, on peut dire que c’est comme ça. C’est un film typiquement coréan. Mais on peut dire que la lenteur sert le propos. La lutte de l’héroïne du film est lente, laborieuse. Sa maladie la démange lentement.

Et elle a besoin du temps pour comprendre ce que son petit fils a fait : il a participé à un viol collectif. La victime s’est suicidée. La famille de la jeune fille demande une compensation financière. La poétesse en herbe, avec son travail de femme de ménage, doit payer sa part de la compensation.

Ce film a besoin des trois heures pour raconter les histoires qui s’enchevêtrent avec poésie. Ce public tellement bigarré n’a pas été complètement convaincu par le cinéma coréan. Mais il a été séduit par le jeu de l’actrice principale. Et tout simplement par la beauté du film.

Publicités

2 réflexions sur “Poetry

  1. je ne l’ai pas trouvé long, je pense au cinéma d’auteur, aux anciens films italiens notamment. Le temps est nécessaire à ressentir les choses, il est certain que les habitués de stallone ou de resident evil doivent passer d’une scène d’action à l’autre, mais là on prend le temps de regarder une pomme.

    1. N’étant pas fan de Resident Evil ou de Stallone, je sais apprécier un film qui mûrit lentement. Comme je l’explique dans mon billet, je n’ai pas l’habitude des films asiatiques qui ont un autre rapport au temps. Il me semble que vous avez une certaine culture cinématographique qui prépare aux films que j’appelle « longs ». Culture que je suis en train d’acquérir à mon rythme. Mon opinion à propos de Poetry peut toujours changer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s