Mon premier nu !

Quelques esquisses. Hier soir a eu lieu à Lille, « La nocturne des étudiants » au Palais des Beaux Arts. On a proposé un atelier de dessin de modèles vivants dénudés. Atelier encadré par des plasticiens. Les étudiants d’art sont naturellement venus. Mais on y pouvait croiser des amateurs de cette forme d’expression et des néophytes.

A sept heures du soir, les artistes en herbe étaient déjà installés dans une grande salle d’expositions. L’espace est vaste,  orné de colonnes. Le plafond est très haut. C’est un brin intimidant, sans doute, pour les trois jeunes qui posent nus devant une assemblée de 150 personnes environ.

Des tables étaient disposées devant la scène où les modèles allaient poser. Les plus professionnels ont pris place derrière les tables avec leurs chevalets. Des petits coussins ont été mis à la disposition des autres par terre. C’est là où je me trouvais.

Interruption surréaliste

Le personnel du musée a distribué de grandes feuilles de papier et des fusains à tous ceux qui voulaient s’essayer au dessin. La séance s’est déroulée en trois temps :

Une première pose de 15 minutes, une deuxième de 20 minutes et une plus longue avec des pastels de 45 minutes. L’atelier a eu du mal à commencer. Les manifestants aux abords du musée ont profité de l’événement pour protester contre la réforme des retraites dans la salle d’expositions.

Après cette interruption un peu surréaliste, la soirée a commencé. Au départ, je n’avais pas de fusain. J’étais là en tant qu’observatrice. Au dernier moment, une copine n’a plus voulu dessiner. J’ai pris sa place. Je me suis souvenue de mes cours de peinture au collège. A l’époque je n’étais pas mauvaise quand il s’agissait de peindre des mangues à l’huile. Mais ça c’est très loin.

A fleur de peau

Une jeune fille avec dix ans d’expérience a enlevé son peignoir. Elle était complétement nue. Ce n’est pas comme voir ses copines au vestiaire, c’est très impressionnant. La beauté est face à nous et on doit essayer de la coucher sur papier. Cette fille aux belles formes doit entendre tous les commentaires à son égard. C’est loin d’être facile.

Je l’ai tellement bien dessinée, qu’un des modérateurs est venu me voir : « Tu devrais recommencer. Tu as trop appuyé sur le fusain, tes proportions ne sont pas bien. »

Tous mes rêves d’être une grande plasticienne se sont effondrés. Pas vraiment. Mais il l’a dit presque au microphone en face d’étudiants d’art qui faisaient preuve d’une vraie dextérité. A côté de ces œuvres, mes gribouillages n’étaient dignes que d’une classe de maternelle.

J’ai recommencé. La fille sur mon dessin avait plus l’air d’une fille. Au deuxième essaie ça allait beaucoup mieux. Je ne suis pas restée jusqu’à la fin et je ne me suis pas inscrite à des cours de dessin. Mais j’ai développé un véritable respect pour ces gens qui se mettent complètement à nue, sans tabou, au nom de l’art.

Publicités

3 réflexions sur “Mon premier nu !

  1. Es difícil copiar la naturaleza, para algunos admirarla nos va mejor. Dificil exponerse a un público, así como a nuestro intento de replica. Es cierto que todos tenemos un don, algunos a simple vista y otros que descubrir y eso cuando lo logras, admiras tu propia desnudes… tu descubrimiento!!! Felicitaciones.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s