Le guacamole à l’UNESCO

La tortilla, galette de maïs, est la baguette du Latino.

 

Une idée gourmande. L’UNESCO vient d’inscrire la gastronomie française au patrimoine immatériel de l’humanité. L’organisation ne récompense que la finesse de cette cuisine, elle met aussi en valeur l’art de la table et de recevoir à la française. Le régime méditerranéen fait désormais partie de notre patrimoine. La cuisine mexicaine est aussi à l’honneur !

Cette reconnaissance ne rend pas la cuisine mexicaine et française comparables. Il faudrair rivaliser avec un monstre. La cuisine française s’exporte. Synonyme de raffinement et de savoir faire, elle jouit d’un prestige construit au fil des siècles . Quand on y pense, on évoque des restaurants étoilés, des croissants et du luxe. Ce n’est pas le cas de la cuisine mexicaine alors qu’elle est millénaire.

Des idées mal conçues

Ces marques comme Old El Paso défigurent l’essence d’une identité. Pire, ces enseignes s’inspirent du tex-mex,  hybride né à la frontière mexico-américaine. Le chile con carne et les burritos sont les enfants de ce mariage. Alors, arrêtons de demander aux Mexicains de  préparer du chile con carne, c’est les Texans qu’il faut solliciter. Des chaînes de fast food se sont appropriées ces plats, pour livrer un produit fade apte aux papilles peu exigeantes. C’est ce qui s’exporte.

Des avocats, de la coriandre, du citron. Pas de la poudre dans un sachet.

Les restaurants mexicains, implantés dans le monde entier, portent la bonne parole. C’est possible de déguster de vrais tacos et du guacamole, qui ne s’apparente pas à de la morve verte venue d’un extraterrestre. Des ambassadeurs font rayonner cette cuisine. Quand les agents de la douane fouillent les valises d’un Mexicain, il n’y a pas toujours de la cocaïne, il colporte ses épices.

Le poids culturel

Certes, des chefs cuisiniers, investis dans leur travail, subliment la cuisine mexicaine transmise de génération en génération depuis l’ère précolombienne. L’association produit/met/territoire existe aussi au Mexique.  La richesse, variété et qualité des produits est incontestable. Qui a dit chocolat ?

Mais tout est culturel. En terre aztèque, rares sont ceux qui accompagnent leurs repas de vin. On reste très longtemps à table et on mange tard comme les Espagnols mais il n’y a pas de rituels. Louis XIV n’est pas passé par là.

Le Mexique : à chaque état sa propre cuisine.

Et surtout, on n’a pas le même rapport à la nourriture. On ne fait pas de cérémonie autour de nos déjeuners alors que la préparation est souvent lente et laborieuse : il faut aussi un vrai savoir faire. A la porte d’un petit commerce qui sent l’huile et la friture, on  mange vite et beaucoup. Le Mexique est le deuxième pays le plus obèse après son voisin du nord.

On ne déguste pas, on consomme, on se ravitaille. Comme dans tous les pays pauvres, on  profite quand il y en a. Après manger, une mamie mexicaine va demander à ses petits enfants s’ils sont « plains ». Une mamie française ? Elle demande s’ils ont bien mangé. Quoi qu’il en soit, la richesse des mets mexicains appartient désormais à toute l’humanité.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Le guacamole à l’UNESCO

  1. El guacamole y chocolate se han difundido, por que son de relativo fácil acceso y preparación. Indiscutiblemente, la comida mexicana tiene tal variedad y riqueza acumulada, junto a su historia, es toda una cultura que reconocen ciertamente, quienes la han disfrutado y seguramente también habrá miembros en la UNESCO, que estarán de acuerdo en incluirla dentro de su lista de intangibles. Es importante destacar en el artículo, que cada cocina no solo tiene influencias culturales, también son climáticas y reclaman su denominación de origen, como el grandioso Tequila, su hermano pobre el Mezcal, sus parientes cercanos el Pulque y sofisticados curados frutales, y que de un Tepache bien frío. El entorno caótico de revoluciones e invasiones, también han influido nuestras costumbres culinarias, comemos rápido, casi cualquier insecto, reptil, pez, amfibio, mamífero, ave, vegetales, hierbas, frutas, lácteos, semillas, granos, hongos, huevos, aceites, especias, orugas, conchas, moluscos, mariscos, cereales y bueno, sumado a que cada sitio le da su toque y preparación, cocidom asado, hervido, al horno, a las brazas, al hoyo, a baño maría, al vapor, frito, a la plancha, y entre calientes y frios, con maridajes de todas partes del mundo… que riqueza… digno de estar en los primeros lugares de esa lista. ¿No cree usted?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s