Les promesses partiront-elles en fumée ?

Non. D’après les engagements pris à la conférence pour le climat à Cancun. Le Mexique cesserait d’émettre 50 millions de tonnes de C02 d’ici 2012.

 

L'Amérique du Nord (Le Mexique, les États-Unis et le Canada) est responsable d'un quart des émissions de toute la planète.

Les déçus de Copenhague ont traîné leurs pieds jusqu’à Cancun. Une terre un peu plus chaude, sans mauvais jeu de mots. On n’a qu’à lire les éditos parus dans la presse. Personne n’y croit. Malgré le défaitisme, le Mexique avance quelques propositions pour atteindre ses fins. Ces fins sont dans la ligne droite de la position que le pays avait pris lors du sommet de Copenhague.

Quelles sont les dispositions ?

Héctor Mayagoitia Domínguez, coordinateur du Programme Environnemental de l’Institut Polytechnique National du Mexique,  présente le plan de guerre dans un entretien à EL Universal :

  • Éviter l’extraction de gaz et de l’énergie dérivée du charbon et autres émissions à l’origine du changement climatique.
  • Empêcher la déforestation et encourager la restitution de forêts et bois.
  • Éviter la dégradation agricole responsable de 20% des émissions de C02 du Mexique.
  • Réduire l’utilisation de lampes incandescentes et d’autres sources de lumière polluantes.
  • Une supervision plus stricte des déchets et de leur traitement.
  • Le reste du travail est laissé aux citoyens : ils sont vivement encouragés à réduire leur consommation inutile d’électricité.
  • Les émissions de méthane alimenteron les métros des villes comme Mexico, Durango, Aguascalientes. C’est déjà le cas du métro de Monterrey dans le nord du pays.

Si ce plan est suivi à la lettre, en 2050, le Mexique aura réduit ses émission de 50 %. Il n’émettra « que » 340 millions de tonnes de CO2. D’après l‘Institut d’Écologie du Mexique, en 2006, 709 millions de tonnes de C02 ont été émises. 40% de plus qu’en 1990.

L’Amérique du Nord (Le Mexique, les États-Unis et le Canada) est responsable d’un quart des émissions de toute la planète. Avec ce projet annoncé à Copenhague, et confirmé à Acapulco, le Mexique chercherait aussi à se démarquer de son voisin du nord, encore moins regardant de ses gaz à effet de serre. Et pourquoi pas, en finir avec cette réputation de pays pollué.

Publicités

Une réflexion sur “Les promesses partiront-elles en fumée ?

  1. Derrotistas o derrotados; – es tan grande el problema y la indiferencia de los más contaminadores y su indisposición a invertir en revertir o siquiera detener, indices crecientes de sus actividades, por que su PIB decaería en la insulsa estadística de la carrera económica hacia el vacio. Hay tantos absurdos que siguiendo reglas simples, somos los ciudadanos en mayor cuantía, que con ajustes a nuestros habitos, marcaríamos diferencias que gobiernos tímidamente exponen. Esa es la raza, hasta el límite haremos algo trascendente, cuando las familias de poderosos capitales literalmente tengan que navegar entre sus propios gases y basuras, por decir lo menos. Los bonos de oxigeno aún son timidos esfuerzos, energías alternativas primeros pasos, reciclado una necesidad lucrativa, caminar para muchos una utopía, ahorrar energía impensable para occidentales y paises emergentes, bio, eco, green, verde, solar, eólico, compiten con 650 caballos en autos deportivos, fast food, desechables, expansion territorial para comercio, oficinas y vivienda, viajes de derroche y lujo extravagante, moda y excesos… usted que ve el televisor, lee los diarios, recibe señales publicitarias, que le indican, es de lógica, somos más, comemos más, necesitamos peces, vacas, pollos, papel sanitario, trasnporte, calor en invierno y frio en verano, y ropa apropiada a toda hora, con calzado y accesorios, relojes y móviles, computadores portátiles… en fin, son bienes que generan millones de monedas diariamente, para gobiernos, empresas, personas… no hay conciencia real y quienes la tienen, no se aparecen en Cancún tras un Copenhague y menos cada vez. Años antes de su muerte Jack Cousteau asístio a la cumbre de Río si no me acuerdo mal y salió desepcionado, entre la política y la naturaleza no encontro verdadero eco… Quiza el ciclo de vida de nuestra especie esté amenazada con muchas otras, pero por otro lado es posible que le toque liderear al planeta a las cucarachas, probablemente con la cantidad de comida que les estamos generando, deban ser la especie dominante por unos cuantos millones de años, hasta que se den las condiciones de que un autómata programado en el 2050, logre reiniciar otras generaciones de humanos que puedan estudiar de sus antepsados y se reiran del primitivismo de essta época, que no supimos apagar focos, cuidar bosques, agua y seres vivos incluyendo al homo-estupidus poli-eco-fobico… snif snif

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s