Les Latinos s’unissent contre la crise économique

Brasilia, Cumbre UNASUR.
Les chefs d'Etat membres de l'Unasur. Même Hugo Chavez est là.

Alors que  les chefs d’État de l’Union Européenne n’arrivent pas à se mettre d’accord, à l’autre bout de l’océan, les Latinos renforcent leurs liens économiques . Bolivar, et le moins connu Francisco Morazan, rêvaient d’une UE avant l’heure avec une confédération de tous les pays d’Amérique Latine. Comme les pays européens, les pays latinos sont profondément différents, même si dans le vieux continent on aime bien croire que « tout est pareil » et que « de toute façon, ils parlent la même langue ». Faux. Il n’y a pas deux pays plus éloignés que l’Argentine et la Colombie, et ce n’est pas uniquement une question de distance.

La presque récession -le-mot-qu’on-ne-doit-pas-prononcer- a donc rapproché des pays qui en principe ne sont pas faits pour s’entendre en termes d’économie. Les chefs d’État de l’Union des États sud-américains, une organisation jusqu’à là, essentiellement politique, se sont réunis il y a une semaine à Buenos Aires pour créer le Conseil économique sud-américain de l’économie. Son objectif : Coordonner les politiques anticrise des pays de la région et l’utilisation des réserves monétaires, renforcer les institutions régionales, ainsi que décider d’actions commerciales communes. Toute une révolution.

Montée en puissance du Fonds

Dans les semaines à venir, plusieurs commissions de travail doivent analyser la possibilité d’une montée en puissance du Fonds latino-américain de réserves et de sa capacité à venir au secours des pays en difficulté, l’élimination du dollar du commerce régional (bye bye uncle Sam), la relance des échanges entre les pays membres et le soutien aux institutions sud-américaines de crédit comme la Banque du Sud.

« La crise économique qui affecte les pays riches a jusqu’à présent épargné l’Amérique latine. Principalement parce que sa croissance dépend essentiellement de la demande chinoise en matières premières », a expliqué la secrétaire générale de l’Unasur, la Colombienne, Maria Emma Mejia.

Maria Mejia ©Cepal Onu

« Créée il y a trois ans , l’Unasur est intervenue dans le conflit entre la Colombie et le Venezuela, pour soutenir la démocratie en Équateur et en Bolivie, et afin d’éviter que les États-Unis utilisent des bases militaires colombiennes. Dans le domaine de l’économie, il était jusqu’à présent difficile de mettre d’accord les pays très libéraux comme la Colombie, le Pérou ou le Chili et les pays plus protectionnistes comme le Venezuela, le Brésil et l’Argentine. La crise internationale semble les avoir réunis », a-t-elle ajouté.

Le Mercosur et le BID sont deux organisations censées rapprocher les pays, la première a un but purement économique et la Banque interaméricaine de développement (BID) est sous la houlette des États-Unis. La création d’Unasur serait le premier pas vers une coopération plus approfondie. A quand une union économique à l’échelle de toute l’Amérique latine ? Ah oui, c’est vrai…La relation « privilégiée » entre le Mexique et les États-Unis serait un obstacle majeur à une telle initiative.

Les pays membres de l’Unasur

L’Argentine, la Bolivie, le Brésil, la Colombie, le Chili, Équateur, la Guyane, le Paraguay, le Pérou, le Suriname, l’Uruguay et le Venezuela.

Publicités

2 réflexions sur “Les Latinos s’unissent contre la crise économique

  1. Sin duda las crisis unen a las personas, al menos en las de efectos de fenómenos naturales es verdad, en las económicas tengo mis reservas, pues Washington es el filtro y Unasur parece obviarlo. Lo que es cierto y dicho hace más de dos décadas, por especialistas analistas de altos kilates y lo estamos viendo, la economía tendrá tres polos reales con monedas fuertes: Asia, Europa y USA (entiendase una buena parte de latinoamérica y Canadá por supuesto), en donde los paises emergentes serán los grandes actores en busca del equilibrio de la balanza de tres platos. La CRI de la que ya he hablado será permanente, mediática y sin reversión, los problemas en crecimiento y proporcionales a los índices demográficos… iniciativas anti CRI deberían ser PRO educación, PRO trabajo, PRO salud y dejar de jugar virtualmente con valores irreales de acciones en energía, tecnología, medicina, transportes… estos estan inflados muchas veces y claro, lo real y tangible como el oro se disparan a valores reales o no, que acabarán distorcionando una vez más el mercado y el comercio, que dicho sea de paso, inician y acaban pasando por Washington y no lo digo yo.

    1. Estoy completamente de acuerdo, como dices hay diferentes polos y yo creo que hay una verdadera diferencia entre sud america que puede unirse mas facilmente y zl norte de lationoamerica donde es mas dificil de unirse por la infuelcia de Estados-Unidos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s