Les gays moustachues et moustachus se marient à Mexico

Manifestation en faveur du mariage homosexuel à Mexico en 2010.

Alors que la France est sur le point de rendre possible « le mariage pour tous », à Mexico, les couples homosexuels peuvent se dire « oui » en toute légalité depuis 2009. Les autorités* de la capitale, souvent plus progressistes que celles du reste du pays, avaient surpris le monde en adoptant cette mesure.

L’amendement de l’article 146 du code civil qui a permis cet exploit. C’est-à-dire, la modification d’une simple phrase qui rendait le mariage des homosexuels impossible : « Le mariage est l’union consentie d’un homme et d’une femme. » Ce sont d’ailleurs les mêmes mots qui coincent en France

Dès 2006, cette même ville accordait quelques avantages aux couples homo. Et en 2007, l’Etat de Coahuila, dans le Nord du Mexique, autorisait déjà l’union de deux personnes du même sexe ; un peu comme la version aztèque du PACS. Une union reconnue et légale dans tout le pays.

La ville de Mexico est donc le premier territoire en Amérique Latine à légaliser le mariage gay. La région brésilienne de Rio Grande do Sul et l’Argentine, qui a autorisé le mariage gay dans tout le pays en juillet 2010, sont également pionnières dans la région.

« Pédé », un mot d’une banalité confondante

On ne peut pas dire pour autant que l’Amérique Latine devient moins hostile à la communauté LGBT. Au Mexique, même le vocabulaire du quotidien est empreint d’expressions homophobes. Pas étonnant dans un pays qui aime à entretenir l’image du macho suant la virilité.

A part Mexico et Coahuila, les autres Etats très conservateurs refusent de suivre le mouvement, même si les gays sont loin d’être une minorité silencieuse. Les gouverneurs de ces territoires se contentent d’argumenter qu’une loi anti-discrimination est en vigueur depuis 2003 dans tout le territoire mexicain. Ce qui n’empêche pas les agressions à caractère homophobe et qui ne résout en aucun cas les problèmes d’inégalité face à la loi. L’influence presque tentaculaire de l’Eglise catholique et une position traditionnellement conservatrice de la société font obstacle à l’avancée des droits LGBT.

Même combat ?

En France, la loi présentée par la Garde des Sceaux, Cristiane Taubira, « suscite une opposition très virulente de l’Eglise, et de l’ensemble des religions dans une moindre mesure. La droite est aussi hostile au projet, malgré certaines voix discordantes », explique Vincent Daniel sur son blog Livret de famille.

C’est amusant de voir que dans les deux pays on retrouve les mêmes schémas bien classiques quand il s’agit de ce sujet. Evidemment, la comparaison s’arrête là. Si cette loi passe, les couples homo souhaitant se marier pourront le faire n’importe où dans le pays, alors qu’au Mexique, la loi qui est née dans la capitale est loin de devenir fédérale.

*En tant qu’Etat fédéral, au Mexique, comme aux Etats-Unis, les autorités locales ont des attributions et des libertés qui n’entrent pas en contradiction avec les lois fédérales.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s