Meurtre macabre au quartier des Bois-Blancs

La pluie tombe goûte à goûte. Il fait froid. Une rue solitaire et grise, un mercredi après-midi. Au loin, un chien aboie. Les fenêtres des maisons en brique rouge s’enchaînent. Rien à dire sur les vieux rideaux. Rien à dire sur les vieilles façades. Parfois, une décoration au goût douteux attire l’œil. Soudain, l’horreur.

La jeune fille pend devant la vitre. Son corps mince est immobile. Sa noire chevelure sent la violence. Pauvrement vêtue, elle tourne le dos au monde des vivants. On dirait qu’elle s’effiloche.

Cette femme brune est la prolongation de la corde blanche qui serre son cou. Ses jambes, ses bras, ses mains, tout est raide. Sauf la phalange qu’elle a perdue dans la bataille contre son bourreau . C’est le petit doigt de la main droite. Derrière elle, cachée derrière un voile, une figure s’anime. L’assassin peut-être ? Lire la suite