A Paris, la xénophobie se crie dans le métro

Dimanche ordinaire, rame ordinaire de la ligne 14. Des gens également ordinaires, sauf un. Il est plus grand, plus massif, il beugle plus que les autres et surtout, il est plus ivre que les autres. La cinquantaine imbibée de Ricard, il s’accroche péniblement à la barre du métro. « Les Chinois vont nous bouffer, je vous dis putain de Chinois, et les Juifs, et les Arabes, blabla », crache-t-il son venin et son haleine infecte. Au moins, il ne discrimine personne… Lire la suite

La déception du premier tour

Une deuxième campagne électorale ne se vit pas comme la première quand on vient d’ailleurs. De l’illusion à la déception il n’y a qu’un pas. La première fois, on observe la campagne comme un entomologiste penché sur son microscope . On s’étonne de la colère saine de Ségolène Royal ou du  « travailler plus pour gagner  plus ».  Sans plus. La deuxième fois, on tombe dans la fourmilière. Elle n’est pas aussi joli de l’intérieur, elle reste néanmoins fascinante. Lire la suite